L'HISTOIRE DE LA FLEUR ET DU PAPILLON

La brillance des étoiles m'apaise,

Les souffrances se taisent,

La vie me sourit,

Mon bonheur grandit.

En écrivant cette histoire de la Fleur et du Papillon, j'ai vaincu mes affres.

La rencontre de la Fleur et du Papillon

Papillon gris,
Tu nais, tu meurs dans la nuit.
Papillon féerique,

 Ta vie est magique.

Tu batifoles,
Tu voles,
Tes ailes,
Si frêles,

 Bougent au gré,
De ta liberté.
Si tu croises la bise,

 Tes corolles se brisent.

 La lueur du jour se lève,
Tu t'agites à la brillance du soleil.

 Tu animes les sous-bois,
Mon cœur s'ouvre à toi.
Tu viens te poser sur mes pétales,

Et tu puises ton idéal.
Mais je suis fragile,
Alors ne tourmente pas notre harmonie tactile.

 Si tu acceptes ce partage,
Notre vie sera scellée par un gage.

 La Fleur du réveil luit,
Le bonheur s'édifie.
Toi et moi, Etoiles du jour,

Nous connaîtrons l'amour.

L'invitation de la Fleur

Au fil des jours,
La poésie se découvre.

Sous ta carapace blindée,

Il existe une grande sensibilité.

Sous la tiédeur du soleil,
Ton cœur s'émerveille.
Il communie avec ma beauté,
Et tu envahis mon calice coloré.

Ta sensualité émeut ma passion,
Ne reste pas sur le seuil de ma maison.

Tu n'es pas le Papillon éphémère,
Que tu prétends être.
Mon seul bonheur,
C'est de pouvoir à chaque heure,

T'accueillir,

Te chérir,
Te donner tout ce qui peut te combler.

Agite tes ailes et viens te reposer.

 Accepte mon invitation,
Et donne-moi de l'affection.

L'acceptation du Papillon

Mon âme gagne son zénith,

 Tu m'as séduit ;
Je veux effleurer ta sublime symphonie,

Partage mon euphorie.
Je déploie mes ailes nacrées,
Tu m'accueilles avec une infinie divinité.

 Cette éloquence est majestueuse,
Notre rencontre, elle, est fabuleuse,
Je suis au paradis,
Mon adoration s'épanouit.
Pas de pénombre, pas de mélancolie,

 Puisque tout est magie.
Ton parfum m'enivre,
Je reste là, pour jouir.
Je folâtre avec tes étamines de soie,

 Mon plaisir s'accroit.
Tes capteurs sensoriels sont troublés,

Cette idylle nous a envoûté.
Toi et moi, Etoiles du jour,
Nous connaissons enfin l'amour.

Toi et Moi, Etoiles du jour

Aux prémices des lueurs ensoleillées,

Nos tendresses idylliques sont attisées.

La brillance astrale adoucit l'univers,

 Nos sourires comblent la terre.
Ces conjugaisons sont organisées,
La parade nuptiale peut commencer.
Toi le Prince, tu planes, tu tournoies,
Moi la Fleur, je m'incline et tu captives ma joie.

 Nos amis mènent une ronde effrénée,
Tous les cœurs sont remplis de gaieté.

Nous avons eu le bonheur de nous rencontrer,

Désormais rien ne pourra plus nous séparer.
Ni les froideurs de l'hiver, ni la nuit,

Puisqu'un apaisement harmonieux luit.
Le témoin de notre amour, c'est le soleil,

 Dans nos cœurs et dans nos âmes, il veille.

La tempête

L'astre loyal ne scintille plus,

Notre amour serait-il perdu ?

Depuis notre dernier rendez-vous,

Une tourmente agite mon pouls.

Tes intentions sont déchainées,

Tu brigues une autre destinée.

  Mais sais-tu seulement aimer ?
Tu batifoles sans relâche, tu es essoufflé.

  Tu ne laisses plus mes faveurs t'envahir,

 Une peur soudaine te fait fuir.
Tu veux aussi détruire mon équilibre,

Néanmoins, ma grâce est devenue solide.

Je résiste aux raz de marées,
Je vis sans me plier.
Papillon féerique, la bise, tu l'as croisée,

Tes corolles nacrées se sont brisées.

Ton corps est mutilé,
Tu ne peux plus voler.
A nouveau, le soleil perpétue son ardeur,

 Il rayonne, pour Moi, la Fleur.

Le repos de la Fleur

Ces turbulences m'ont affaibli,

 Mon âme a besoin de répit.
Je me confie à mes sœurs,
Elles apprécient mes valeurs.

 Leurs sentiments sont éloquents,

 Et Phébus frise nos ornements.
Nos colorations pastel charment la nature,

 Une vitalité attire toutes les créatures.

Une plénitude suave adoucit les esprits,
Quel délice d'assouvir ses rêves avec autrui

Cette trêve satisfait ma poésie,
Mon cœur est réjoui.
A toi mon Papillon meurtri,

J'offre mon appui.

Les lamentations du Papillon

Mon réveil sonne comme l'agonie,

 Mon corps gémit.
Mes plaies ne sont pas cicatrisées,

 Mais j'aimerais te caresser.
Ma perle, aide-moi à ressusciter,

Je saurai te préférer.
J'ai besoin de ton affection,
C'est le breuvage de ma guérison.

Je ne contiens plus ma passion,

J'implore ta compréhension.
Mes pensées sont libérées,
Je veux maintenant t'aimer.
Toi, mon Etoile, ma tendre Majesté,

 Puisse un jour me pardonner.

Le pardon de la Fleur

Mes pensées vibrent à ton appel,

 Et je te veux fidèle.
Tes lamentations sont un engagement,

Tu apprécies mes sentiments.
Mon altruisme est sans limite,
Tous mes proches sont authentiques.
Je reçois sur mon calice, tous mes amis,

 Mais tu seras toujours mon favori.
Ta chaleur passionnelle s'était égarée,

 Ton corps, à jamais, est amputé.
Tu auras en ma compagnie,
Toute l'harmonie d'une vie.
Oui, mon Papillon,
Je t'accorde mon pardon.

Nous resterons, pour toujours,

 Toi et moi les Etoiles du jour.